Cart title

Empty card

POURSUIVRE LES ACHATS
Selected product Gregory Watin

Gregory Watin "Les Salines"

€19,000.00

Share

Impression digitale sur une porte en bois d'un Shelter de la ville de Calais et plexi brisé

Digital print on wood door's Shelter and broken plexi

Dimensions 115 x 223 cm

Il a été demandé à Gregory de réaliser une performance sur un Shelter du camp de migrants Grande-Synthe. Cette réalisation était, pour lui, en cohérence avec sa démarche depuis des années. Mais pour lui, il fallait garder son humilité intacte face un élément lourd de sens, chargé de passage et ne pas en faire un support car Gregory est tellement critique de ses "street artistes qui ne respectent pas le lieu et qui tartinent de peinture sans penser à l'espace, à l'histoire morale et physique du mur qu'ils peignent", qu'il lui aurait semblé insupportable de faire de même. Il a donc réalisé une scène d'arrestation sur la face avant de la cabane avec des personnages de dos bras levés ou derrière la nuque. Cette partie du Shelter est à l'arrière de la cabane et il a voulu illustrer le regard de celui qui fuit. Un migrant ou non, un personnage urbain abstrait anonyme, qui peut au final être beaucoup de choses. Encore une fois, c'est l'intensité du regard qui porte cette pièce. L'impression numérique qui vient frôler le bois en le laissant visible est à l'image de ce que Gregory voulait faire sur ce Shelter, le taguer, le souligner, fait ressortir sa création sans écraser l'histoire de ce bois. Le plexi brisé accompagne aussi cette idée de la fuite, une vitrine cassée lors d'émeute, la vitre explosée après le souffle d'une explosion ou encore un bâtiment désaffecté, chacun y lira sa propre histoire.

Gregory was asked to perform on a Shelter in the Grande-Synthe migrant camp. This achievement was, for him, consistent with his approach for years. But for him, it was necessary to keep his humility intact in the face of an element heavy with meaning, loaded with passage and not to make it a support because Gregory is so critical of his "street artists who do not respect the place and who spread paint without thinking. to space, to the moral and physical history of the wall they paint, "which he would have thought unbearable to do in the same way. He therefore produced an arrest scene on the front of the cabin with the figures standing with their backs up, or behind their necks. This part of the Shelter is at the back of the cabin and he wanted to illustrate the look of the one who flees. A migrant or not, an anonymous abstract urban figure, who in the end can be a lot of things. Once again, it is the intensity of the gaze that carries this piece. The digital impression that grazes the wood leaving it visible is like what Gregory wanted to do on this Shelter, tag it, underline it, brings out his creation without overwhelming the history of this wood. The broken plexiglass also accompanies this idea of ​​flight, a window broken during a riot, the window exploded after the blast of an explosion or even an abandoned building, everyone will read their own story.

Gregory Watin "Les Salines"